self-pic-fail


     Le 10 mars 1997, au cours d’un brainstorming au sein de la société de production Endemol, quelqu’un a eu une idée qui va bouleverser le monde. S’inspirant du roman 1984 de George Orwell, un nouveau type de jeu va être inventé. On l’appellera Big Brother dans de nombreux pays, Loft Sory en France. Vous connaissez tous le principe, je ne vais donc pas vous le rappeler. Tous ceux qui sont majeurs aujourd’hui se souviennent de la ferveur et l’engouement qu’a provoqué Loft Story en débarquant sur M6 en 2001. Moi-même, pourtant très peu téléphage et carrément réfractaire à ce genre de programmes, j’ai suivi attentivement pendant des semaines les aventures de Loana, Jean Edouard, Steevie, Aziz, Kenza et les autres. Pour l’anecdote c’est au cours d’un des primes de Loft Sory que Jean-Claude Van Damme a révélé aux yeux de la France entière ses talents de philosophe. Mais revenons à nos moutons. Ce premier Loft Story avait pour lui l’immense qualité d’être le premier dans son genre et incarnait une vraie nouveauté. Les candidats éliminés n’avaient vraiment aucune idée de la popularité de l’émission et devenait de vraies vedettes dès leur élimination du jeu. On leur proposait des contrats publicitaires, de devenir animateurs télé, on leur a fait enregistrer des disques, et si mes souvenirs sont bons, ils ont même monté les marches à Cannes (symbole glamour ultime de la starification, enfin selon les codes des médias). Loana est devenue une icône pour deux raisons assez simples : primo elle était blonde et pas trop mal foutue, deuxio elle avait baisé dans la piscine. Rien de plus. La porte venait de s’ouvrir et elle ne se refermerait plus. De Loana à Nabila rien n’a vraiment changé. Nabila est aujourd’hui un phénomène parce qu’elle a des gros (faux) seins et qu’elle n’a pas inventé l’eau chaude, pour être polie.

     Heureusement pour nous, ces célébrités font le devant de la scène pendant quelques mois, le temps qu’une autre émission démarre avec son lot de nouvelles vedettes en puissance.  En revanche, la descente peut être brutale pour les principaux intéressés. Loana a connu bien des déboires de santé (là encore doux euphémisme) et au moins un ex-candidat s’est suicidé par la suite. Ce qui n’empêche pas année après année de voir arriver de plus en plus de candidats à la célébrité, tels des moustiques attirés par la lumières. Ils ne devraient pas oublier que bon nombre d’insectes finissent grillés contre la lampe.

     Mais il n’y a pas que la télé qui fabrique ce phénomène poussant de plus en plus de gens à vouloir devenir célèbre. Internet a fait exploser cette envie auprès des jeunes. Il est important de remarquer que les générations précédentes voulaient devenir pompier, médecin, maîtresse d’école, vétérinaire, explorateur ou même sportif de haut niveau, alors que maintenant, la profession la plus à la mode c’est « être connu ».  On ne rêve plus d’avoir un talent ou une utilité, non on veut être connu. Pour schématiser, le modèle à suivre ce serait Paris Hilton. Réussir sa vie, ce serait ne rien faire, n’avoir aucun talent et être riche, ou en tout cas avoir une vie de millionnaire. Cette transformation de notre société ne serait pas si inquiétante (affligeante ?) si elle n’avait pas amené avec elle son lot de perversité et de violence.

     La multiplication des médias a engendré une escalade dans le sensationnalisme, et la célébrité s’acquiert à grand renforts de surenchères. Ça passe par les sextapes (pas bien grave en soi), les combats de rues, les snuffmovies (coucou Luka Magnotta), les suicides mis en scène sur le net (ou dans les lieux publics mais j’y reviendrai),  ou les vidéos montrant de manière très crue (et donc violentes) certains évènements. Alors il faut bien sûr différencier ce qui relève de l’information et du message politique, et de la recherche de la gloire éphémère. Même si bien sûr on ne peut pas comparer les méthodes d’une bloggeuse mode sur Youtube et le dépeceur de Montréal, la finalité est la même. Etre connu, devenir une vedette. Lorsqu’un homme va se suicider dans une école, c’est plus pour mettre en scène sa propre mort dans le but d’y récolter un peu de gloire posthume. Aller se foutre une balle dans la bouche en plein cœur de Notre Dame, filmer une sévère répression en Syrie, c’est d’abord pour faire passer un message, pas pour devenir une starlette.

     L’avancée technologique des smartphones a transformé nos vieux portables en véritables caméras et appareils photos. On ne vit plus l’évènement pleinement, on y assiste par procuration derrière l’écran de son portable. L’important n’est plus de profiter d’un concert, d’un match de foot, de ses vacances, d’une soirée entre amis, mais de dire « j’étais là ». Sous entendu, pas vous bande de nazes, adorez moi je suis une star.  Grace à Tweeter, Youtube et Instagram tout le monde peut se prendre pour Albert Londres, Spielberg ou  David Hamilton, et surtout croire qu’il en a le talent.

     Hier à Londres, deux hommes en ont massacré un troisième, en pleine rue et en plein jour. Une véritable boucherie, ils y sont allés au couteau et à la machette. Le pauvre malheureux a été éventré, décapité, une horreur. Mais le pire, à mon sens, et pourtant on est déjà à fond dans le sordide, survient après. Les deux meurtriers haranguent les passants afin que ceux-ci les filment avec leur portable. C’est ainsi que ce matin, sur ITélé, on pouvait voir un homme, les mains ensanglantés, une machette à la main, revendiquer son geste et expliquer ses motivations. Il avait l’air assez calme, déterminé, son discours semblait avoir du sens, on peut bien sûr être en total désaccord avec ses motivations et convictions, mais je veux dire, ce n’est pas parce qu’on est un terroriste qu’on est fou. Que cet homme veuille faire passer son message c’est on ne peut plus logique puisque son crime avait une connotation idéologique, ça je le comprends tout à fait. Mais qu’un quidam ait filmé ce meurtrier avec son portable je trouve ça dingue. A la limite elle est là, la folie. Beaucoup plus que dans le fait d’étriper un type à mains nues. Je ne sais pas pour vous, mais si en marchant dans la rue, je tombe sur deux types qui en tuent un autre à coups de machettes, je prends d’abord mes jambes à mon coup, et ensuite je préviens les flics. Je ne suis pas journaliste, je ne reste pas dans le coin à filmer la scène. Et encore moins les revendications du meurtrier armé de sa machette et les mains pleines de sang de la victime. Pourquoi cette personne a filmé ce type si ce n’est pas pour récupérer un peu de gloire, pour pouvoir dire « t’as vu, j’y étais, je mérite d’être connu » ?

     Big Brother a ouvert la boîte de Pandore en offrant la possibilité à des gens, qui ne gagnaient pas à être connus, de devenir des vedettes. Avant ce jeu, les 99% des célébrités, je ne parle pas des héritiers, faisaient quelque chose, que nous apprécions ou non leur talent, ils avaient fait quelque chose pour accéder à ce statut.  Aujourd’hui ont mis le pied dans la porte des gens qui ne font rien, et pire que ça, sont reconnus plus pour leur incompétence justement (ne pas savoir quand a eu lieu une guerre mondiale par exemple), que pour un savoir-faire. Signe annoncé de la décadence de notre société ou accession du prolétariat à la noblesse du vedettariat ? Vous avez trois heures. En attendant je vais tenter de créer le buzz en me petitsuissidant sur Youtube.