Springsteenandi

 

               Ce blog était en train de mourir de sa belle mort. Deux mois dans le coma, ce n’est généralement pas bon signe. Textes Blog et Rock & Roll était sur un brancard au beau milieu des Urgences quand un électrochoc très puissant le sortir de son état végétatif.

                Lundi 22 Juillet, c’était une sorte de Springsteen Day. Dans 50 pays, et uniquement ce jour là, était projeté dans plus de 2000 cinémas le film Springsteen & I. En novembre dernier, Baillie Walsh, le réalisateur, et Ridley Scott, le producteur, lancèrent un appel aux fans du Boss. Springsteen 1 I est un documentaire participatif dans lequel Bruce Springsteen est raconté au travers du regard et des anecdotes de parfaits inconnus. Ici pas question de raconter l’histoire et la vie de Springsteen, mais plutôt de ce que Bruce et à sa musique apportent aux gens qui l’écoutent.

                Comme dit souvent Eric Laforge, animateur sur Classic 21 qui est en bonne position  devenir le 2ème plus gros fan de Bruce du monde francophone derrière Monsieur Antoine,  « il y a deux sortes de gens : les fans de Springsteen et ceux qui ne l’ont jamais vu en concert ». Et dans ce film il y a ceux qui racontent des anecdotes qui se sont déroulées pendant les shows du Boss, on pense tout de suite à la fausse Courtney Cox, au sosie d’Elvis, au type qui s’est fait larguer la veille, et puis ceux qui expliquent à quel point la musique de Springsteen leur apporte la force pour continuer d’avance, notamment cette jeune camionneuse surdiplômée qui a autant besoin de gasoil pour son truck que d’Atlantic City pour faire la route. Springsteen est une voix qui compte énormément aux Etats Unis depuis des décennies, il s’est toujours fait l’écho du peuple américain, sans donner l’impression d’avoir basculer dans un autre monde avec le succès. Les gens le ressentent et Bruce leur apporte énormément d’espoir, de chaleur et de joie. C’est tout cela que raconte le film où les témoignages se succèdent, tantôt avec beaucoup d’humour, tantôt avec de l’émotion (parfois même on tombe dans le pathos avec  ce type qui se met à pleurer au volant de sa voiture en évoquant Springsteen, ce qui bizarrement a beaucoup fait rire les gens dans la salle, faudra quand même m’expliquer en quoi c’était drôle, fin de la parenthèse), mais toujours avec un recul qui exclue tout hystérie dans les propos. A aucun moment on ne voit de fans ultimes qui rivaliseraient chacun avec les autres pour savoir qui a vu le plus de concerts ou possède le plus d’objets à l’effigie du Boss. Non ce ne sont que des gens normaux qui se sont fait happés à un moment de leur vie par Springsteen et qui évoquent leur rapport à cet homme. La plupart d’entre eux sont même très attachants et sont les vraies vedettes de ce film, je pense particulièrement au type qui n’aime pas le Boss mais qui le subit par amour de sa femme, à John le jardinier de stade de Copenhague, ou encore le faux Elvis.  

                Springsteen & I est évidement un film à voir pour tous ceux qui aiment Springsteen, que ce soit sa musique ou le personnage, parce qu’en chacun des témoignages qui se succèdent, on retrouve une part de nous même. Et c’est aussi un film à montrer à tous ceux qui ne connaitraient pas encore ce bonhomme, afin qu’ils comprennent un peu ce qu’on ressent. Pour illustrer le film, on retrouve également des vidéos d’archives captées en concert, et notamment un Born To Run au fil des années qui est un des moments forts de Springsteen & I, la sono du cinéma aidant à rendre toutes les parties musicales exceptionnelles. Ceux qui sont partis à la fin du film, comme Bernard de La Villardière assis quelques rangs à ma gauche, j’aurais bien fait quelques remarques faciles à son encontre, mais un homme qui aime Bruce ne peut pas être totalement mauvais donc je m’abstiendrai, ont raté 35 minutes de la prestation de Bruce et du E Street Band l’année dernière à Hyde Park (et la coupe de cheveux ridicule de Paul McCartney), ainsi qu’un épilogue particulièrement réussi au cours duquel quelques personnages du film rencontrent Springsteen à l’issue d’un concert.

                En toute logique, le film devrait sortir en DVD à l’automne, ce sera alors l’occasion d’une séance de rattrapage pour ceux qui auraient manqué l’évènement, ou qui n’aurait pas eu la chance d’avoir une salle de diffusion proche de chez eux. Pour ma part, et comme je suis un missionnaire du rock and roll, je m’empresserai de partager Springsteen & I à Madame Phénix et mes filles.

 

                Verdict : Vox populi vox Springsteen.

 

                Springsteen & I, réalisé par Baillie Walsh, diffusé en salle le 22 juillet 2013.